Accueil > Recherche > Opérations archéologiques

Les Auzières (Vaucluse) | Paléolithique moyen

Fouille programmée du site Les Auzières sur la commune de Méthamis (84)

Partenariats et financements

- Financements : Ministère de la Culture ; Commune de Méthamis
- Partenariats institutionnels : Aix-Marseille Université ; Université Bordeaux Montaigne ;
CNRS

Direction d’opération

— Jean-Baptiste Fourvel, LAMPEA UMR 7269
— Nicolas Frerebeau, IRAMAT-CRP2A (UMR 5060 ; CNRS – Université Bordeaux Montaigne), Maison de l’Archéologie, Université Bordeaux Montaigne, F-33607 Pessac
cedex.

Descriptif scientifique de l’opération

Les recherches de terrain menées depuis 2014 sur le site Paléolithique des Auzières (opération ponctuelle en 2014, puis programmes triennaux 2015-2017 et 2018-2020)
s’inscrivent dans la continuité des travaux réalisés anciennement. Dès les années 1980, le site a fait l’objet de sondages par M. Paccard et M. Livache, avant d’être fouillé de manière systématique entre 1998 et 2005 sous la direction de H. Monchot et F. Marchal.

Le gisement des Auzières est un site unique pour aborder les problématiques propres aux successions d’occupations et de partage des territoires entre les grands prédateurs nonhumains (ici l’hyène des cavernes) et les communautés humaines néandertaliennes. En 2014, la reprise les travaux de terrain a permis de réévaluer la nature du site et ainsi de mettre en évidence la richesse et le potentiel archéologique du gisement. Entre 2015 et 2017, nous avons mis en place et développé un programme de recherche triennal qui a permis de travailler sur différents ensembles attestant de successions d’occupations entre les grands prédateurs (hyène des cavernes) et les communautés humaines.

Fig. Matériel in situ du site Les Auzières, Paléolithique moyen, Méthamis (84)

Au terme de ces travaux, il est apparu essentiel de poursuivre les recherches engagées, afin de d’identifier les modalités d’occupation et d’exploitation des territoires par les communautés humaines en Vaucluse au début du Pléistocène supérieur. Le programme triennal (2018-2020) vise ainsi à préciser les contextes paléoenvironnementaux, chronologiques et sédimentaires au cours desquels les niveaux archéologiques et paléontologiques des Auzières se sont mis en place. Ceci permet de documenter pour la première fois les modalités de succession d’occupations du site par les carnivores (hyène) d’une part et les groupes humains (Néandertal) d’autre part. Le site des Auzières constitue donc un cas tout à fait particulier d’occupation d’âge Paléolithique moyen pour une zone géographique où la connaissance des modalités d’exploitation des territoires par les Hommes du Paléolithique reste encore faible.

Membres de l’équipe

— J. Argant, palynologie, LAMPEA & Association de Recherche Paléoécologique en Archéologie (ARPA). UFR des Sciences de la Terre, Université Claude Bernard Villeurbanne cedex
—  S. Baillon, herpétofaune, UMR 7209 Archéologie et Archéobotanique - MNHN
— L. Bruxelles, géomorphologie, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Witwatersrand Johannesburg, South Africa ; INRAP, UMR 5608 TRACES (CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès).
— E. Crégut, paléontologie des caprinés, Musée Requien. 67, rue Joseph Vernet, 84000
Avignon ; UMR 5608 TRACES (CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès)
— E. Desclaux, microfaune, Laboratoire départemental de Préhistoire du Lazaret
— J.-B. Javel, photogrammétrie, UMR 5060 IRAMAT (CNRS, Université Bordeaux Montaigne)
— C. Lahaye, géochronologie, UMR 5060 IRAMAT (CNRS, Université Bordeaux Montaigne)
— V. Laroulandie, avifaune, UMR 5191 PACEA (CNRS, MCC, Université de Bordeaux)
— N. Lateur, paléontologie des cervidés, archéozoologie, Pôle archéologique départemental de l’Ardèche MuséAl
— B. Lebrun, géochronologie, UMR 5060 IRAMAT (CNRS, Université Bordeaux Montaigne). Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac cedex.
— P. Magniez, paléontologie des bovidés, archéozoologie, LAMPEA
— F. Marchal, Paléoanthropologie, UMR 7268 ADES (CNRS, EFS, Aix-Marseille Université)
— L. Slimak, technologie lithique, UMR 5608 TRACES (CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès).
— I. Théry-Parisot, anthracologie, UMR 7264 CEPAM (CNRS, Université Côte d’Azur)