Accueil > Recherche > Projet Scientifique 2018-2022

P3-Comportements humains et dynamiques de peuplement dans leurs diversités environnementales

Responsable : Anna Degioanni

Personnels permanents : Anna Degioanni, Gwenaëlle Goude, Estelle Herrscher, Renaud Lisfranc, Yaramila Tchérémissinoff

Doctorants : Sara Bernardini, Tayiba Ibrahim Hassan, Marie Linglin

Post-Doctorants :Christina Cheung, Teresa Fernandez-Crespo, Leïa Mion,

Membres associés :Géraud Gourjon,

Anciens membres ou collaborateurs (depuis 2018) : Camille de Becdelièvre, Jean-Pierre Bocquet-Appel, Gabriella Delon, Julie Debard, Fanny Gavériaux, Jelena Jovanovic, Mélie Le Roy, Eléa Luze, Déborah Rosselet-Christ, Domingo Salazar Garcia, Zhenyu Xu.

Mots-Clés : anthropologie biologique, bioarchéologie, biogéochimie, pratiques funéraires, sépultures, histoires de vie, alimentation, mobilité, état sanitaire, paléodémographie, modélisation démographique, exploitation des environnements


Les sociétés humaines évoluent dans un espace défini par des contraintes environnementales, sociales et économiques. Les réponses biologiques, démographiques et culturelles des individus et des groupes constituent la base des recherches développées dans le cadre du Programme 3.
Dans une dimension à la fois spatiale (Europe, Asie, Afrique et Océanie) et temporelle (Pré-, Proto- et Histoire), l’objectif de nos recherches est d’analyser les modalités d’expression de ces réponses, leurs similitudes ou dissemblances au niveau des individus, du groupe ou entre les groupes, et comprendre la/les relation(s) entre les différents facteurs impliqués.
Nous disposons dans notre Programme d’une expertise anthropobiologique, bioarchéologique et biogéochimique à différents niveaux : de l’acquisition des données sur le terrain visant l’étude de la constitution des dépôts funéraires (contenants, contenus, taphonomie) au développement de nouvelles approches analytiques visant l’analyse de la composition isotopique des tissus biologiques et aux nouvelles méthodes de modélisation mathématique visant l’analyse de la dynamique des populations du passé. C’est ainsi dans cette perspective à la fois d’une contextualisation optimale des données et d’une application de ces nouvelles méthodologies à une échelle multiscalaire (individu, groupe, région, période), que nous réalisons aujourd’hui des études pluridisciplinaires mieux intégrées basées sur une approche holistique ajustée pour l’études des populations du passé.

Un des axes du Programme concerne l’étude des pratiques funéraires pré et protohistoriques de la Provence et du Languedoc. Réalisée par des chercheurs qui maîtrisent toutes les étapes de la recherche archéologique du terrain jusqu’au laboratoire, la démarche retenue comporte tous les niveaux d’analyse requis par une méthodologie archéoanthropologique contemporaine, allant de l’analyse taphonomique des dépôts et sépultures dans leur contexte jusqu’à l’étude biologique des squelettes (via l’étude macroscopique des restes osseux : détermination du sexe, estimation de l’âge au décès, restitution de l’état sanitaire et des conditions de vie des inhumés). Ces analyses, qui permettent de mieux cerner les comportements des populations du passé face à la mort, tendent à dégager des typologies relevant de « systèmes » funéraires fonctionnels et symboliques.
Cet axe est conduit en interdisciplinarité de manière à intégrer aussi les recherches d’autres membres du programme et/ou des partenaires extérieurs, en vue d’un dialogue « site /recrutement /environnement » dans le cadre d’études de sites régionaux.

Une autre partie des travaux de notre Programme s’attache à restituer les histoires de vie des individus (de la naissance à la mort), notamment à travers une approche bioarchéologique et biogéochimique. Une spécificité de notre laboratoire et de notre programme est de pouvoir s’appuyer sur un plateau technique de biochimie pour une analyse de l’ensemble des matériaux bioarchéologiques (restes humains, animaux et végétaux). Depuis 10 ans, nous avons mis en place une plateforme opérationnelle et remarquablement bien équipée nous permettant une autonomie complète de la préparation des fractions organiques et minérales sur bulk jusqu’à la pré-pesée des échantillons pour l’analyse des isotopes traditionnels (C, N, O et S). Nous avons également développé une approche incrémentale des tissus dentaires par micro-échantillonnage permettant une analyse des marqueurs isotopiques à l’échelle individuelle. Un intérêt tout particulier est porté à la réalisation de référentiels isotopiques des écosystèmes dans lesquels ont vécu les sujets humains dans l’objectif de caractériser au mieux la variabilité isotopique des ressources alimentaires du passé en incluant les ossements animaux et plus récemment des vestiges botaniques. Nous sommes également très sensibles au développement de nouveaux marqueurs alimentaires/sanitaires (acides aminés du collagène) et à la mise en place en laboratoire d’une plateforme de chimie pour la préparation des marqueurs de mobilité (Sr). Cette expertise tant méthodologique qu’analytique nous permet de réaliser un ensemble des projets qui s’attachent à comprendre l’adaptation (biologique) des individus à leurs environnements à la fois naturels et socioculturels, comme la consommation différentielle des ressources aquatiques, l’adoption de nouvelle pratique agriculturale, la mobilité particulière des hommes et des femmes ou encore la variabilité de l’investissement parental. Nos projets se concentrent également sur les liens entre alimentation et santé au cours des périodes de transitions alimentaires, de développements démographiques ou de migration. D’autres travaux sont récemment venus enrichir les champs de nos recherches et concernent l’identité des défunts de la fin du Néolithique dans le Sud de la France et ceux retrouvés dans des contextes de violence dans différentes zones d’Europe.

Un dernier volet du Programme est consacré à l’implémentation numérique et la construction de modèles mathématiques permettant l’étude des interactions des groupes humains entre eux et avec l’environnement. La modélisation mathématique s’étend progressivement à l’ensemble des champs disciplinaires, même si son utilisation est encore marginale en paléoanthropologie. Néanmoins la modélisation numérique peut se révéler essentielle pour appréhender certains paramètres difficilement mesurables (comme la fertilité et la mortalité), particulièrement quand on étudie les populations du passé. Nous nous intéressons notamment aux applications démographiques et spatiales concernant Neanderthals et les premiers Hommes modernes en Europe et en Asie. Il s’agit de clarifier dans le cadre de recherches pluridisciplinaires les effets des relations entre les groupes humains (Neanderthal et/ou modernes) et leur environnement, qui peuvent être à l’origine de la disparition des Neanderthals et à l’expansion des Hommes modernes.

L’ensemble de ces travaux sont réalisés dans différents projets que les membres du P3 dirigent :
• Projet H2020 MSCA-IF 2017 WEAPON 2019-2021 : Warrior Elites : Assessing their Presence and Organisational identity in Neolithic Europe. Dir. T. Fernandez-Crespo.
• Projet LabexMed 2018-2019 : Quels morts pour quelles pratiques funéraires ? Les sépultures collectives en grotte et en dolmen à la fin du Néolithique. Dir. M. Le Roy.
• Défi interdisciplinaire INFINITI 2018 : Néanderthal et Homme moderne : modélisation mathématique de leur interaction. Dir. A. Degioanni.
• ANR 2019-2022 HOMES - Modelling households : economy and sociology of Europe’s first farmer populations », WP2 Food Production and Consumption –ANR-18-CE27-0011-03, PI C. Hamon, Trajectoires, Nanterre. Partner 3 dir E. Herrscher.

ou dans lesquels ils collaborent  :
• Programme de Recherche Junior Chair Idex Univ. de Bordeaux / BURPPH 2016-2019- Burial practices at the Pleistocene - Holocene transition : the changing role of pathology, violence, and « exceptional events ». Dir. V. Sparacello, UMR 5199 PACEA.
• ANR INTERACT 2018-2020- Human interactions during the Mesolithic-Neolithic transition in Western Europe : the dual perspectives of cultural and biological exchanges. Dir. MF Deguilloux, Univ Bordeaux – W. Haak, MPI SHH Dpt archaeogenetic, Iéna, Allemagne.
• H2020 MSCA-IF NEOMEDIS 2019-2021 : NEOlithic MEDiterranean diet through stable ISotope analysis. Dir. Maria Fontanals-Coll ; University of York, superviseur O. Craig. University of York.
• ANR NEOGENRE 2017-2020 Gender relations in the Neolithic : biology, societies, symbols : Task 2 – Dietary practices . ANR-17-CE27-0023, PI A. Thomas, MNHN.
• IRN Caucasus 2019-2022- Worlds in transition : migrations, innovations and environmental change in the Caucasus from the Neolithic to the Iron Age. Co-Dir C. Marro, Archéorient & E. Messager, EDYTEM
• IRN DECAPAN 2019-2022. Des derniers chasseurs aux premiers agro-pasteurs en Afrique du Nord. Dir. T. Perrin, UMR 5608 TRACES, I. Amara, Univ. Alger 2, I. Sidéra, UMR 7055 Nanterre.
• PCR 2020 Territoire et terroirs du Neolithique dans le Val-d’Oise. Dir. JG. Pariat. SDAVO.
• Programme INRAP 2019 Violence collective et enceinte défensive dans l’Alsace du Veme Mill. Av JC. Dir. P. Lefranc. UMR 7044 Archimede.
• ANR 2MI 2020-2023 - Migrations, Mobility and Innovations : interpreting change between the Neolithic and the Bronze Age in the South Caucasus and Northern Iran. ANR19-CE27-0026, PI C. Marro, Archéorient.
• Programme MAEDI 2017-2019 - Enclaves polynésiennes au Vanuatu. PI F. Valentin, ArScan.


Responsabilité de chantiers de fouille : 2018-2022
 :
Site néolithique ancien et moyen du « chemin du Merlançon » à la Bouilladisse (Bouches-du-Rhône). 2018. Responsable d’opération archéologique de l’INRAP Méditerranée : R. Lisfranc
Site Néolithique et de l’Âge du Bronze à Ollioules (Var). 2018. Archéo-anthropologue de l’INRAP Méditerranée : R. Lisfranc
Site Néolithiques et de l’Âge du Bronze à St Maximin la Sainte Baume (Var). 2018. Archéo-anthropologue de l’INRAP Méditerranée : R. Lisfranc
Site Néolithiques et de l’Âge du Bronze à Trets (Bouches-du-Rhône). 2018. Archéo-anthropologue de l’INRAP Méditerranée : R. Lisfranc
Site d’époque mérovingienne Alleins (Bouches-du-Rhône).2019. Archéo-anthropologue de l’INRAP Méditerranée : R. Lisfranc
Site préhistorique St Maximin la Sainte Baume (Var). 2019. Archéo-anthropologue de l’INRAP Méditerranée : R. Lisfranc
Site Néolithique Castellu di Coscia (Corse). 2018 et 2019. F. Soula


Thèses en cours
 :
-  Biography of an Age : reconstructing lifeways of Italian Copper Age groups by multi proxy biological, isotopic and archaeological analysis. Sara Bernardini, 2018-2021 Université Aix-Marseille / Università La Sapienza, Rome, Italie
-  Histoire de l’alimentation et de la santé des lyonnais : des archives écrites aux indices osseux. Marie Linglin, 2018-2021, Université Aix-Marseille/ ENS Lyon
-  À l’interface de la Biologie et de la Culture : modélisation de la rencontre Homme moderne/Neandertal en Europe. Tayiba Ibrahim Hassan 2019-2022 Université Aix-Marseille

Thèses soutenues 2018-2022 :
-  Aux origines de l’alimentation méditerranéenne : Analyses isotopiques de vestiges bioarchéologiques de l’Antiquité au début du Moyen Âge dans le Sud Est de la France. Leïa Mion, 9 juillet 2019

Mémoires de master en cours  :
-  Neanderthal : une espèce ou une sous-espèce ? Louise Ouvrard M1 2019-2020
-  Reconstitution des habitudes alimentaires des habitants du quartier Saint-Laurent : apport d’une approche isotopique ciblée dans une perspective muséographique (analyse isotopique). Justine Aufils M1 2019-2020

Mémoires de master soutenus 2018-22 :
-  La fréquentation de trois sites montagnards par des populations néandertaliennes du mousterien : grotte de Pra l’Etang (Presles, Isère), site de Jiboui (Treschenu-Creyers, Drome), grotte de l’Hortus (Valflaunes, Herault). E. Luze 2019 Université Aix Marseille
-  A bacteria behind an extinction : Helicobacter pylori implicated in the demise of Neanderthal population. T. Ibrahim Hassan 2019 Université Paul Sabatier, Toulouse
-  Diet of populations of Early and Late Modern Eras : Aître Saint-Maclou at Rouen, France. G. Delon 2019 Université Paul Sabatier, Toulouse
-  Pratiques alimentaires, modes de vie et mobilité des inhumés des nécropoles du Néolithique moyen de Barmaz I et II (Valais, Suisse) : étude multi-isotopiques . D. Rosselet-Christ 2019 Université de Genève, Suisse.
-  Modélisation en Dynamique des Populations : Expansion des hommes modernes en Europe. X. Zhenyu 2018 Université Sophia Antipolis, Nice
-  Conditions environnementales, agricoles et alimentation des sociétés agropastorales passées. Quel est l’apport des isotopes stables (C13, N15) de graines et fruits archéologiques de sites du Sud-Est de la France (Néolithique - Antiquité ; ca. 7500 - 1750 BP) ? F. Gavériaux 2018 Université Montpellier 2.


Organisation de manifestations scientifiques
 :
-  Réunion Scientifique de la Société d’Anthropologie de Paris. 29-31 janvier 2020, Aix-en-Provence.
-  Journées hommage à Jean-Pierre Bocquet-Appel. 2-3 juillet 2019, Aix en Provence.

[Mise à jour en cours - Avril 2020]