Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Jean-Philip Brugal
Estelle Herrscher


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Programmes de recherche

Programmes de recherche

L’unité confirme sa volonté exprimée lors du précédent contrat de maintenir son organisation en programmes, perçus comme plus aptes à favoriser le développement de la plurisdisciplinarité qui la caractérise et particulièrement adaptée à la notion de continuum (relations étroites et recombinaisons aisées de proche en proche). Elle souhaite aussi concentrer ses forces et ses thématiques de recherches pour une meilleure efficacité et lisibilité.

Problématique

L’unité identifie l’analyse en systèmes comme l’un des moyens fondamentaux de compréhension des sociétés du passé (i.e. que l’on connaît en totalité ou partiellement sur la seule bases des restes archéologiques), des milieux dans lesquels elles ont évolué et des interactions qui se sont développées entre eux, hommes et milieux. Cet abord systémique concerne les systèmes techniques comme culturels, fonctionnels comme non fonctionnels, naturels comme anthropisés, sachant qu’aucun des termes de ces binaires ne peut se comprendre sans l’autre et qu’ils sont toujours interpénétrés : tout acte technique est culturel, tout système a une fonctionnalité, fut-elle immatérielle, à partir du moment où l’on considère un contexte humain tout milieu est anthropisé.

Tout système fonctionnel représente le produit d’un équilibre entre des contraintes distinctes qui relèvent de tous ces domaines, du plus matériel (caractéristique physiques des supports d’outils, ressources et denrées disponibles) au plus immatériel (facteurs de choix au sein de ces possibles, interdits religieux, etc.).

Le ternaire Milieux-Stratégie-Culture qui représente notre cadre heuristique correspond à la mise en œuvre de cet abord. La caractérisation des milieux permet de fonder les possibles au travers des disponibilités et des (co)fonctionnements. L’identification des comportements d’acquisition (lato sensu) et d’exploitation permet, sur la base des possibles et sur l’identification des réalisés, de qualifier le réel entre l’opportunisme absolu (non choix) et le fait stratégique (un comportement totalement récurrent au sein de possibles multiples et non fonctionnellement contraint pour son résultat). Un continuum composite se développe entre ces deux extrêmes. L’expression du fonctionnement du système, produit de la résultante des interactions, est la culture qui constitue tout à la fois la base et le résultat de notre réflexion.