Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Evolution des industries lithiques du Néolithique ancien en Italie du Sud / Carmine COLLINA

[Soutenance de thèse]

lundi 21 décembre 2009 à 14 heures
Aix-en-Provence - MMSH (Salle Paul Albert Février)

Jury
- M. Robert CHENORKIAN, Professeur à l’Université Aix-Marseille I
- M. Didier BINDER, Directeur de recherche au CEPAM UMR 6130 CNRS-Université de Nice
- M. Marcello PIPERNO, Professeur à l’Université « Sapienza » de Rome
- M. Carlo TOZZI, Professeur à l’Université de Pise
- M. Gregor MARCHAND, Chargé de recherche au CReAAH UMR 6566 CNRS-Université de Rennes 1
- Mme Mirella CIPOLLONI SAMPÒ, Professeur à l’Université de Viterbo

Résumé

Ce travail fournit une étude technologique et typologique des industries du Néolithique ancien et du dernier horizon mésolithique impliquées dans le processus de néolithisation dans plusieurs régions de l’Italie du Sud. Les concepts à l’origine de ce travail découlent des principes de la technologie lithique tels qu’ils ont été élaborés, en particulier, par J. Tixier, H. Roche, M.-L. Inizan, D. Binder, C. Perlès, N. Pigeot et J. Pelegrin. Les séries lithiques étudiées appartiennent aux différents horizons du processus de néolithisation de l’Italie du Sud et sont réparties dans la plupart des régions considérées. Gardant à l’esprit qu’il s’agit de reconstituer une économie du débitage et une économie de la matière première et la structuration d’éventuelles traditions techniques, notre étude se fonde sur : l’analyse pétrographiques et économique des matières premières ; l’analyse des aspects technologiques et des faits techniques ; l’analyse typométrique des différents produits de la chaîne opératoire ; l’analyse typologique de l’outillage par la création d’un répertoire intégrant l’observation de critères technologiques et d’attributs spécifiques. Les objectifs principaux de la recherche visent à mettre en évidence les méthodes et les techniques de débitage et à identifier les différentes chaînes opératoires mises en place par les derniers chasseurs-cueilleurs et les premières communautés de paysans d’Italie méridionale et de Sicile. Est-il possible de reconnaître une variabilité techno-économique dans les systèmes de débitage du Néolithique ancien d’Italie du Sud ? Est-il possible de donner une valeur culturelle à la variabilité des faits techniques ? Quels sont les rapports de continuité et discontinuité entre les derniers groupes de chasseurs cueilleurs et les premières sociétés productrices ? Ces questions ont permis de viser l’ensemble des transformations techniques et culturelles entre septième et sixième millénaire av. J. – C. en Italie du sud, une région qui joue un rôle clés dans le processus de diffusion du Néolithique vers l’Ouest de la Méditerranée.

En savoir plus ...