Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Géo-archéologie de la transition Pléistocène-Holocène dans le nord-est pampéen (Buenos Aires, Argentine). Révision historique, stratigraphique et taphonomique. Perspectives pour le premier peuplement / Marcelo Javier Toledo

[Soutenance de thèse]


vendredi 23 octobre à 9 heures 30

Paris (Institut de Paléontologie humaine)

Jury

- M. Claude Blanckaert, Professeur DR Institut du Centre Koïré -Rapporteur
- M. Hugo Nami , Professeur, Conicet - Univ de Buenos Aires, Argentine
- M. Pierre Antoine Professeur UMR 8591, Meudon. Examinateur
- M. Jordi Rosell DR IPHES Espagne - Examinateur
- M. Denis Vialou , Professeur, MNHN Paris Examinateur
- Mme Agueda Vilhena Vialou Professeur, MNHN Paris Directeur de Thèse


Résumé

Florentino Ameghino, entre 1873 et 1884, consacre tous ses efforts à documenter et prouver la coexistence des hommes et de la méga-faune pampéenne dans la vallée de Luján. Il identifie ainsi une dizaine de sites en contexte de plaine alluviale des vallées incisées dans le lœss pampéen. Ces sites, caractérisés par l’abondance d’os modifiés de méga-faune et quelques lithiques, ne seront jamais réétudiés. L’objectif principal de cette étude est leur réévaluation géo-archéologique.

Notamment, un effort particulier a été fait sur la construction d’un modèle géologique intégral, à partir de l’analyse des séquences fluvio-lacustres et des faciès lœssoides associés. Ces séquences ont été datées par AMS et OSL entre 50 000 AP et 13 000 AP permettant d’attribuer un âge pléistocène supérieur aux niveaux décrits au xixe siècle comme porteurs des évidences culturelles. L’observation sédimentologique détaillée de la transition Pléistocène-Holocène apporte davantage d’éléments à l’hypothèse d’un changement climatique soudain comme déclencheur du processus d’extinction de la mégafaune. En effet, les dépôts pléistocènes sont scellés par une couche noire, riche en matière organique, appelée black mats ou « terres noires », qui se corrèlent avec des niveaux similaires aux sites Clovis et Monte Verde.

Les restes osseux modifiés étant pour la plupart les preuves d’une présence ancienne de l’homme, une attention particulière a été donnée à l’étude des évidences taphonomiques et à l’expérimentation sur les traces de découpe et de percussion. Ainsi, nous présentons les résultats de ces expériences et des nombreux exemples d’os de méga-faune pampéenne striés et incisés. Ces premières découvertes amènent à considérer le concept d’utilisation de technologie osseuse expéditive suite à l’éloignement des centres ou des réseaux d’approvisionnement lithiques et/ou à cause d’adaptations particulières.

L’étude est donc structurée selon trois axes principaux : dans la première partie, nous analysons les découvertes des années 1870 ; dans la deuxième partie nous présentons le modèle géologique et le processus de formation des sites. Pour terminer, nous décrivons le contexte archéologique et les preuves taphonomiques. Les conclusions de cette réévaluation géo-archéologique amènent à reconsidérer l’hypothèse d’un peuplement pampéen antérieur au dernier maximum glaciaire (LGM).

Pour contacter Marcelo Toledo
toledom@wanadoo.fr