Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Les dolmens de la fin du Néolithique en Languedoc oriental, éléments discriminants pour leur étude technique et chronologique / Florent Chateauneuf

[Soutenance de thèse]

Les dolmens de la fin du Néolithique en Languedoc oriental, éléments discriminants pour leur étude technique et chronologique / Florent Chateauneuf

jeudi 17 décembre 2015 - 14 heures
Aix-en-Provence : MMSH - salle 7

Jury
Mme Marie BESSE (Professeure à l’Université de Genève) … Présidente / Rapporteur
M. Paul AMBERT (Directeur de recherches émérite au CNRS) … Rapporteur
M. Henri MARCHESI Conservateur régional de l’archéologie – DRAC Languedoc-Roussillon) … Examinateur
M. Luc JALLOT (Maître de conférences à l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3) … Examinateur
M. Maxence BAILLY (Maître de conférences à l’Université de Provence) … Examinateur
M. André D’ANNA (Directeur de recherches au CNRS) … Directeur de Thèse

Abstract

The dolmens of the late Neolithic in Languedoc oriental : discriminating elements for their technical and chronological study

To the southeast of the Massif Central, East Languedoc encompasses the three French departments of Ardèche, Gard and Hérault. With nearly 1,600 listed dolmens, mostly located on small limestone plateaus, the area contains the second megalithic concentration in the country, behind the Grands Causses region.
The study of dolmens is ancient, since first hypotheses concerning their function back to the early 19th century. In the south of France, they have led to the classification of graves in three typological groups (Arnal 1963 ; Chevalier 1984). There are therefore “languedociens” dolmens or passage graves, “bas-rhodaniens” dolmens, with lateral dry stone wall, and “caussenards” dolmens or chamber tombs.
...
It appears, from recent publications, an embarrassment to adhere fully to the three main types, without questioning them. Therefore, the first fruits of our reflection included a number of questions regarding the adequacy of the current type and the state of knowledge in the west of the Rhone. The central issue of our work has been on the one hand to demonstrate expertise megalithic and secondly to try to resolve issues of chronology and cultural affiliation of Languedoc graves.
In this context, we explored the monuments through three main axes. The first took the form of morphological and comparative analysis of dolmens, freed of typological presupposition. The second led us to bring the interrogation in the field of techniques. The recognition of the choices made by the builders can trace megalithic operating chain and identify possible differences in cultural. The third view is the symbolic implications of the choice of the orientation of the grave. The reasons which led to favor a particular orientation seem indeed related to worship or environmental factors, or a combination of these factors.

Keywords :
South of France, Languedoc, Ardèche, Gard, Hérault, Neolithic, dolmens, architecture, technology, orientation, environment.

Résumé

Au Sud-est du Massif Central, le Languedoc oriental englobe les trois départements français de l’Ardèche, du Gard et de l’Hérault. Avec près de 1600 dolmens répertoriés, en majorité localisés sur les petits causses calcaires, ce territoire recèle la seconde concentration mégalithique du pays, derrière la région des Grands Causses.
L’étude des dolmens y est ancienne, puisque les premières hypothèses relatives à leur fonction remontent au début du 19e siècle. Dans le Midi de la France, elles ont abouti au classement des tombes en trois grands groupes typologiques (Arnal 1963 ; Chevalier 1984). Il existe donc des dolmens languedociens ou à couloir, des dolmens bas-rhodaniens ou à parois latérales de pierre sèche et des dolmens caussenards ou simples.

Il ressort des publications récentes, un embarras à adhérer complètement aux trois grands types, sans pour autant les remettre en cause. De ce fait, aux prémices de notre réflexion, figurent un certain nombre d’interrogations relatives à la pertinence de la typologie actuelle et à l’état des connaissances à l’Ouest du Rhône. La problématique centrale de notre travail a donc été, d’une part de mettre en évidence un savoir-faire mégalithique et d’autre part de tenter de résoudre les questions de chronologie relative et d’appartenance culturelle des tombes languedociennes.
Dans cette optique, nous avons exploré les monuments au travers de trois axes principaux. Le premier a pris la forme d’une analyse morphologique et comparative des dolmens, débarrassée du présupposé typologique. Le second nous a conduits à porter l’interrogation dans le domaine des techniques. La reconnaissance des choix opérés par les bâtisseurs permet ainsi de retracer la chaîne opératoire mégalithique et identifier d’éventuelles différences de nature culturelle. Le troisième point de vue est celui des implications symboliques liées au choix de l’orientation de la tombe. Les motifs ayant amené à privilégier telle ou telle orientation paraissent en effet liés à des facteurs cultuels, environnementaux ou à une combinaison de ces facteurs.

Mots clefs :
Midi de la France, Languedoc, Ardèche, Gard, Hérault, Néolithique final, dolmens, architecture, technique, orientation, environnement.

Contact
florent.chateauneuf [at] hotmail.fr

Voir l’invitation