Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

La faune holocène en Tunisie : études paléontologique, archéozoologique, taphonomique et paléoenvironnements / par Yosra Dridi Ayari

[Soutenance de thèse]

vendredi 10 avril 2015 à 14 heures
Aix-en-Provence : MMSH - Salle 3

Résumé
Les variations climatiques du début de l’Holocène ont influencé les activités de subsistance des groupes humains et cette période est témoin du passage d’une économie de chasseurs-cueilleurs à celle de production, devenant notamment des éleveurs. Cette interaction entre l’Homme et son environnement est étudié par l’analyse des faunes de quatre gisements recouvrant les cultures du Capsien au Néolithique.
Les gisements de Bir Hmairia (BH) et Sebkhit Halk et Mejet (SHM1) reflètent un mode de vie fondé sur la chasse, la pêche et la collecte d’escargots terrestres. Les gisements plus récents, néolithiques, de Kef el Agab (KAg) et Doukanel El Khoutifa (DK) traduisent le passage à une activité de production avec l’élevage des ovicaprinés, sans exclure l’apport de la chasse et de la pêche dans l’alimentation des occupants.
Les bovidés sont toujours la source principale des ressources alimentaires, avec une dominance du mouflon à manchettes à BH, de l’antilope bubale à SHM1 et des Caprini domestiques dans les gisements KAg et DK.
La présence des Caprini domestiques est antérieure à celle des Bovini, et nous pouvons observer les fréquences du mouton par rapport à la chèvre dans les deux sites néolithiques.
L’étude archéozoologique montre une faible présence des parties squelettiques les plus nutritives correspondant à une forte action anthropique dans tous les sites. La richesse spécifique ainsi que la variabilité spécifique sont en relation avec les conditions climatiques mais aussi avec la position géo-topographique des sites.

Devant le jury composé de  :
- N. Aouadi, Professeur à l’Institut National de Patrimoine de Tunis (rapporteur)
- B. Ouchaou, Professeur à la Faculté des sciences de Meknès (Maroc) (rapporteur)
- J.-P. Bracco, Professeur Aix-Marseille Université (examinateur)
- L. Gourichon, Chargé de Recherches au CNRS (examinateur)
- J.-P. Brugal, Directeur de recherche au CNRS (directeur de thèse)

Avis de soutenance