Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Activités de terrain > Campagnes 2009

Maumuye, Saint-Roman (Drôme)

Fouille paléolithique - P03 : Les peuplements néandertaliens

Maumuye, Saint-Roman (Drôme)
Responsable : Sébastien Bernard-Guelle

Affiche 2009

URGENT - APPEL à FOUILLEURS - CAMPAGNE 2009 !

Infos pratiques

- Dates de fouilles : juin 2009
- Nature de l’opération : Fouille programmée pluriannuelle
- Programme 03 : Les peuplements néandertaliens

Résultats scientifiques

Le site de Maumuye (Saint Roman, Drôme) est localisé sur un plateau d’origine alluviale à la confluence de la Drôme et du Bès. Il est positionné au niveau d’une dépression comblée aujourd’hui encore visible en topographie. Le niveau archéologique est représenté par une industrie lithique bien conservée dans la partie inférieure d’un sol rouge (US4) qui s’est mis en place au sein d’une cuvette de déflation éolienne. Le degré de conservation de ce niveau archéologique varie d’une zone à l’autre en fonction de la paléotopographie, les dépressions naturelles étant les plus favorables à sa préservation grâce à un enfouissement rapide. D’après les caractères pédo-sédimentaires, l’occupation moustérienne pourrait se situer entre la fin du stade 5e et le pic de froid du stade 4 autour de 70 000 ans BP. Ce promontoire naturel aux caractéristiques morphologiques attractives (présence de petites cuvettes drainées par un réseau hydrographique secondaire) fut probablement occupé de manière récurrente et saisonnière par des groupes moustériens qui y pratiquèrent des activités variées. Dans la zone fouillée, une structuration de l’espace autour de plusieurs postes de débitage a pu être mise en évidence. Les blocs de silex d’origine locale sont variés et ont été entièrement débités sur le site selon plusieurs schémas de production. Une approche tracéologique montre que cette production a été utilisée pour des travaux de boucherie, activité dominante dans cette partie du site mais non exclusive. Cette année, des éléments introduits sur le site sous forme brute (galets de silex et de calcaire ainsi qu’un gros bloc de grès) ont été découverts dans une zone bien délimitée ; leur fonction reste à être déterminée : réserve de matière première, percuteurs, macro-outillage, aménagements divers de l’espace ? Les données archéologiques, la localisation géographique stratégique du site, les disponibilités locales en matières premières siliceuses, la présence de l’eau et le potentiel cynégétique du site, permettent de penser que le plateau de Maumuye correspond à un site à activités mixtes assimilable à un camp résidentiel, probablement saisonnier et complémentaire des sites d’altitudes proches. Vu la rareté de sites archéologiques aussi bien préservés en contexte de plein air pour la période moustérienne, Maumuye apparaît d’ores et déjà comme un site de référence.