Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Congrès, colloques, réunions

La contribution de l’anthropologie biologique à la compréhension des mouvements humains entre l’Asie et les Amériques

[Congrès, colloques, réunions]

1er-7 septembre 2014
Burgos

Colloque organisé dans le cadre du 17ème Congrès UISPP
Commission UISPP : peuplements américains durant la préhistoire

[Le] "thème que nous voudrions voir aborder est du domaine de l’anthropologie biologique. Il a pour intitulé : La contribution de l’anthropologie biologique à la compréhension des mouvements humains entre l’Asie et les Amériques. Si durant de nombreuses années, les débats reposaient sur un minimum de données modélisées de part et d’autre de la Béringie, depuis une vingtaine d’années les découvertes de nombreux vestiges humains et l’avancée des données génétiques ont vu relancer cette thématique et enrichir le débat. La réalité, si nous pouvons l’aborder un tant soit peu, est, comme l’avaient déjà préconisé certains chercheurs, bien plus complexe que ce qui est classiquement proposé. Les peuplements ont très certainement été multiples avec un devenir pour chacun d’entre eux très certainement spécifique. Nous voudrions ainsi pouvoir envisager dans ce thème des communications, s’appuyant sur de nouvelles données et sur différents aspects de cette discipline anthropologique en donnant une dimension la plus heuristique possible débouchant sur de nouvelles hypothèses. Nous utilisons le mot hypothèse et non celui de modèle volontairement, car il nous semble que dans l’état actuel des données toute modélisation ne pourra que déboucher sur des confrontations. Toute la difficulté, réside aussi dans le fait de dissocier le biologique du culturel, qui ne peuvent se recouper. Une idée, pour diffuser, n’a pas forcément besoin d’être liée à un phénomène migratoire massif. Cela signifie que chacun de ses aspects fait appel à des dynamismes différents. Si, l’anthropologie biologique est la seule à pouvoir répondre à la question du QUI ?, elle ne l’est pas sur les modalités de diffusion. En revanche, elle permet d’en apporter le constat. Ces quelques propos ont pour objectif de vouloir recentrer sur chaque discipline ce qu’elle peut apporter et ainsi l’enrichir"

Organisateurs
- Eric Boëda Eric
- Nora Franco
- Sibeli Viana (sibeli@pucgoias.edu.br)