Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Apport de l’imagerie médicale et tridimensionnelle à l’étude des restes humains datant de l’Holocène ancien (Sahara malien et mauritanien). Analyse craniologique comparative / par Farida Mazhoud

[Soutenance de thèse]

mardi 17 décembre 2013 à 9 heures
Aix-en-Provence - MMSH (salle Georges Duby)

Jury
- M. Robert CHENORKIAN Professeur - Aix-Marseille Directeur de thèse
- Mme Hélène COQUEUGNIOT Chargée de recherche - CNRS Rapporteur
- M. Pascal DESBARATS Professeur - Bordeaux 1 Rapporteur
- M. Olivier DUTOUR Directeur d’études - Ecole Pratique des Hautes Etudes Examinateur
- M. Michel PANUEL Professeur - Aix-Marseille Examinateur

Résumé
L’objet de cette étude est une analyse de 32 individus néolithiques représentés par des crânes et/ou des mandibules mis au jour au Mali et en Mauritanie. Les individus composant l’échantillon ostéoarchéologique sont issus de cinq sites présentant des différences géographiques et chronologiques. En dépit de ces différences, nous nous sommes interrogés sur les liens qui pouvaient exister entre eux. Cette analyse, qui a consisté à reconsidérer les caractères morphologiques des crânes et/ou mandibules, leur variabilité, s’est appuyée sur une technologie nouvelle : l’imagerie médicale et tridimensionnelle. Notre premier objectif a été de tenter de répondre à la question suivante : dans quelle mesure l’anthropologie biologique peut-elle s’enrichir des nouvelles technologies issues du domaine de l’imagerie médicale ? Notre questionnement ne s’est pas arrêté pas à cette perspective méthodologique. En effet, l’échantillon ostéoarchéologique présente une particularité morphologique frappante : l’aspect très robuste présenté par de nombreux individus. Cette robustesse confère un caractère archaïque aux sujets par bon nombre de caractères, et ceci malgré des datations néolithiques. Le second objectif de ce travail a été d’ordre paléoanthropologique et a reposé sur l’étude de cette robustesse. La méthode mise en place a permis d’obtenir 146 mesures par individu (en fonction de l’état de fragmentation de chacun). Il s’est avéré que, non seulement, ce caractère a été constaté, mais qu’il semble plus précisément lié à un élément anatomique, la mandibule, ce qui pourrait être le résultat d’une adaptation de l’appareil manducateur aux contraintes environnementales et alimentaires.