Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Etude paléoenvironnementale et paléoclimatique du Pléistocène supérieur du Sud-Ouest de la France [...] / par Aurélien Royer

[Soutenance de thèse]

jeudi 11 avril 2013 à 14h30
Talence : Université Bordeaux 1 - Petit amphithéâtre de biologie animale (B5)

sous la codirection de :
- M. Christophe Lécuyer, Professeur à l’Université Claude Bernard Lyon 1
- Mme Sophie Montuire, Directeur d’études EPHE

Devant la commission d’examen formée de :
- M. Jean-Philip Brugal, Directeur de recherches au CNRS Rapporteur
- Mme Gloria Cuenca-Bescós, Professeur à l’Université de Saragosse, Espagne Examinateur
- Mme Valérie Daux, Maître de conférences à l’Université de Versailles Rapporteur
- M. Dominique Genty, Directeur de recherches au CNRS Examinateur
- M. Christophe Lécuyer, Professeur à l’Université Claude Bernard Lyon 1 Codirecteur
- M. Bruno Maureille, Directeur de recherches au CNRS Examinateur
- Mme Sophie Montuire, Directeur d’études EPHE Codirecteur
- Mme Maria Sánchez-Goñi, Directeur d’études EPHE Examinateur

Etude paléoenvironnementale et paléoclimatique du Pléistocène supérieur du Sud-Ouest de la France à partir d’analyses comparées d’associations fauniques et de biogéochimies effectuées sur les micromammifères
Résumé
Les restes fossiles de petits mammifères sont abondants dans de nombreux sites du Pléistocène et constituent de rares archives continentales susceptibles de fournir des variables quantitatives du climat à l’échelle locale comme la température de l’air, ses variations saisonnières, ou encore les quantités de précipitation. Au cours de ce travail de thèse, j’ai combiné l’analyse des assemblages fossiles de petits mammifères à celle des compositions isotopiques de l’oxygène de l’émail dentaire. La détermination et l’interprétation des fractionnements isotopiques de l’oxygène chez les rongeurs actuels a permis de comprendre la signification des compositions isotopiques de l’oxygène de l’émail dentaire de plusieurs espèces de rongeurs. Des paramètres physiologiques et écologiques permettent d’expliquer un enregistrement des températures moyennes des mois les plus chauds. Cette nouvelle interprétation remet en cause l’hypothèse classique d’un enregistrement des températures moyennes annuelles de l’air qui n’est seulement valide que pour les compositions isotopiques de l’oxygène de certains grands mammifères. Concernant les communautés de rongeurs, l’analyse de listes fauniques de plusieurs sites localisés dans le Sud-Ouest de la France a démontré que les événements climatiques rapides (ex : Heinrich) ont des impacts au niveau des distributions des faunes tandis que la succession des différents événements lors de la transition du Pléistocène-Holocène a abouti à l’installation de nouvelles communautés de rongeurs.

Palaeoenvironmental and palaeoclimatic study of Late Pleistocene from Southwestern France by using rodent associations and oxygen isotope compositions of rodent teeth.
Abstract
Rodent fossil remains constitute an abundant material in Pleistocene excavations, which is susceptible to address questions of both past environmental and climatic reconstructions at a local scale, such as air temperature, precipitation and their seasonal variations. The aim of this work is to reconstruct the environmental and climatic context operating during Late Pleistocene in Southwestern France, by both using small mammal associations and oxygen isotope compositions of rodent teeth. An isotopic fractionation equation was determined for Muroidea between oxygen isotope compositions (δ18O) of tooth phosphate and δ18O of meteoric waters. It was shown that tooth phosphate of rodent records seasonal variations in the oxygen isotope compositions of meteoric waters, biased toward the warmest season, as the consequence their physiology and ecology. This new interpretation challenges the classical hypothesis of a record of the mean annual air temperature only meaningful for larger mammals. Analysis of rodent data from the Late Pleistocene of Southwestern France reveals that fauna distributions were modified to response to abrupt and brief climatic events, such as Heinrich event. At larger scale, the succession of events between Late Pleistocene and Holocene lead gradually to establish a new rodent community.

Voir l’annonce

Contact
aurelien_royer [at] hotmail.com