Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'}nití<b>
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Le cadre chronostratigraphique des peuplements pléistocènes de l’Ouest de la France. Eustatisme, changements climatiques et occupations humaines / par Marine Laforge

[Soutenance de thèse]

mercredi 12 décembre 2012 à 14 heures
Rennes : Campus de Beaulieu - Salle des Thèses

Jury
- Pierre ANTOINE, Directeur de recherche CNRS, LGP Meudon
- Jean-Jacques BAHAIN, Maître de conférences, MNHN Paris
- Martin BATES, Lecturer, University of Wales Trinity Saint-David
- Sylvie COUTARD, Chargée d’études, INRAP Nord-Picardie
- Jean-Noël PROUST, Directeur de recherche CNRS, Géosciences Rennes
- Jean-Laurent MONNIER, Directeur de recherche CNRS, CReAAH Rennes

Résumé
Ce travail, axé sur l’étude détaillée de nouvelles séquences stratigraphiques et sur la révision du cadre chronostratigraphique pléistocène armoricain, avait pour objectif d’apporter une vision nouvelle sur ces formations quaternaires, ainsi présentées sous la forme d’une succession de séquences climato-sédimentaires, et ce, depuis le stade isotopique 11. Le résultat principal de cette étude aboutit à l’interprétation chronostratigraphique des dépôts étudiés sous la forme d’une trame quasi-continue des réponses environnementales aux changements climatiques depuis près de 500 000 ans, grâce à l’observation de séquences situées sur le littoral du Massif armoricain. Les enregistrements sédimentaires étudiés présentent une alternance de dépôts littoraux ou marins, déposés lors de phases tempérées, lorsque la sédimentation est contrôlée par les variations eustatiques, et de dépôts de phases froides, liés aux facteurs climatiques, lorsque la région est soumise à un régime périglaciaire. Ce cadre chronostratigraphique, basé sur la corrélation entre nos interprétations stratigraphiques et les enregistrements océaniques, et confirmé par plusieurs ancrages géochronologiques, est alors comparé aux séquences des régions voisines avec lesquelles de nombreux points communs, témoignant d’événements climatiques majeurs, sont mis en évidence. Il permet de surcroît, par le biais de corrélations sédimentologiques, d’aboutir au calage chronologique de plusieurs occupations paléolithiques. Elles se succèdent ainsi depuis la fin du stade 11, vers 380 000 ans, jusqu’au Début Glaciaire Weichselien, vers 60-75 000 ans, la plupart du temps en contexte de régression marine en fin d’interglaciaire.

Marine LAFORGE
doctorante - UMR 6566 "CReAAH" - Labo Archéosciences
laforge.marine [at] orange.fr

Voir l’annonce