Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Jean-Philip Brugal
Estelle Herrscher


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Vie scientifique > Collaborations (inter)nationales

Coopération Franco – Chilienne, accord CNRS / CONICYT (depuis 2007)

Les exploitations de minerais de cuivre préhistoriques

Responsable du projet en France

Mr. GUENDON Jean Louis,

Université de Provence, UMR 6636 du CNRS, LAMPEA, MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094, Aix-en-Provence cedex 2, FRANCE

Mél : guendon@mmsh.univ-aix.fr

Responsable de projet au Chili

Mr. SALAZAR Diego, Professeur au Département d’Anthropologie, Université du Chili, Chef du service d’Archéologie, Directeur de MAA consultores

Département d’Anthropologie, Université du Chili, Avenida Ignacio Carrera Pinto, 1045, Nuñoa, Santiago du Chili, CHILI

Mél : dsalazar@uchile.com

Principaux collaborateurs

Mr. SALINAS Hernan ,Chercheur co-responsable de l’Equipe du Projet El Abra, MAA consultores, section Archéologie ; responsable MAP (Monitoreo Arqueologico Permanente) Calama pour Nawel Consultores.

Mr. AMBERT Paul, Directeur de Recherche au CNRS, UMR 5608, Toulouse.

Melle. FIGUEROA-LARRE Valentina, doctorante à l’Université de Paris I.

Objectifs du projet

La métallurgie et l’orfèvrerie constituent des industries de grande importance dans la préhistoire mondiale. Leur apparition coïncide avec les processus de complexification sociale qui conduisent à l’émergence des premières civilisations, dans l’Ancien comme dans le Nouveau Monde. Ces industries constituent les dernières phases d’un processus industriel qui débute avec la prospection et l’exploitation minières des gîtes cuprifères.

L’archéologie des mines est cependant peu développée. Néanmoins, depuis quelques années, des recherches dans ce domaine existent, notamment, dans l’Aire Andine et dans le Sud-Ouest Européen.

- La première, dirigée par D. SALAZAR et H. SALINAS, se développe dans le nord du Chili, qui a été dans les périodes précolombiennes un des pourvoyeurs de cuivre les plus importants d’Amérique du Sud et où les premières exploitations des gisements de cuivre dateraient du Formatif (1500 AC - 400 DC).

- La seconde, sous la direction de P. AMBERT et J.-L. GUENDON, porte sur le Sud de la France, essentiellement sur le district minier de Cabrières - Péret (Hérault) exploité dès le Néolithique Final (début du 3ème millénaire BC).

L’inexistence de modèles référentiels de recherche sur le sujet a entraîné les deux équipes à développer des cadres de référence propres et spécifiques, mais indépendants entre eux. Les systèmes de productions minières préhistoriques du Sud de la France et du Nord du Chili montrent cependant de hauts degrés de similarités technologiques. Ce sont pourtant des contextes historiquement et culturellement indépendants, ce qui permet de rejeter toute explication diffusionniste. Le haut degré de ressemblance technologique serait directement en relation avec le déterminisme que la chaîne opératoire et les conditions géologiques générales exercent sur les technologies d’extraction et celles du traitement du minerai.

L’objectif central du projet “ LES EXPLOITATIONS DE MINERAIS DE CUIVRE PRÉHISTORIQUES ” (EMCP) proposait donc un échange d’expériences de recherche à travers des travaux conjoints de terrain sur des mines et des établissements métallurgiques préhistoriques dans les deux pays. A cette fin, nous avions prévu :

- des études comparatives entre les technologies minières du Complexe Minier de San José del Abra (Nord du Chili) et du district minier/métallurgique de Cabrières-Péret (Hérault, France) ;

- une analyse détaillée de l’outillage lithique (marteaux) des sites miniers correspondant aux deux districts miniers cités précédemment ;

- des recherches sur les contextes environnementaux où se sont développés les systèmes étudiés et sur les mutations socio-économiques nécessaires, accompagnants ou consécutives au développement de la métallurgie ;

- et, bien sûr, d’aboutir à des publications communes.

De plus, cette collaboration permet l’encadrement conjoint des jeunes chercheurs impliqués dans cette coopération et réalisant des travaux universitaires sur ces thèmes.

Pour en savoir plus sur les opérations menées en 2007 et en 2008

Coopération Franco – Chilienne, accord CNRS / CONICYT
Les exploitations de minerais de cuivre préhistoriques