Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Programmes de recherche > P1-Ecosystèmes Quaternaires : ressources et anthropisation (EcoQuat)

P1-Ecosystèmes Quaternaires : ressources et anthropisation (EcoQuat)

Responsable : Philippe Fernandez

Membres permanents : Jean-Philip Brugal, Philippe Fernandez, Philippe Fosse, Pierre Magniez, Clémence Pagnoux, Vincent Ollivier

Doctorants & Post-Doctorants : Titus Adhola, Maxime Pelletier, Ismael Saafi, Antigone Uzinidis, Ester Verdún Castelló

Mots-clés - Paléontologie, Archéozoologie, Géomorphologie, Géoarchéologie, Anthropisation, Taphonomie.

Les groupes ou sociétés humaines ont toujours exploité les ressources naturelles, biologique et géologique, des environnements changeants du Quaternaire. Afin de mieux comprendre les interactions Hommes et Milieux (environnements) nous avons choisi d’étudier différents écosystèmes naturels dans leur diversité climatique, afin de les confronter aux ensembles archéologiques accumulés par l’homme en milieu karstique ou en plein air. Par cette démarche, il est possible de mieux apprécier ces interactions en termes de comportements de subsistance (acquisition, transport, consommation, rejet). Nos recherches sont fondées sur le principe d’actualisme et prennent en compte des processus taphonomiques variés, couplant analyses biologiques et géologiques.

Nous abordons les contextes paléobiologiques (faunes et flores) par des études qui relèvent à la fois de la morphologie fonctionnelle intégrant les facteurs adaptatifs et biogéographiques (Paléontologie), mais aussi de l’analyse des structures des communautés et de leurs dynamiques au cours du temps (Paléoécologie). L’ensemble des taxons est concerné (e.g. micromammifères et macromammifères) et nos perspectives de recherches indiquent un fort potentiel en terme d’interprétations biochronologiques et paléobiologiques non seulement en Europe mais aussi en Afrique. L’analyse populationnelle est complétée par l’étude des structure d’âge et de sexe (dynamique des populations), ainsi que par les représentations squelettiques d’espèces de mammifères, découverts en milieu naturel (e.g. avens-pièges, repaires de carnivores) ce qui nous permet d’établir avec les programmes en cours des référentiels archéozoologiques fondamentaux. L’exploitation animale par les Hominidae est définie à partir des contraintes paléoenvironnementales et techniques dont ils dépendent. L’éco-éthologie actuelle nous permet d’interpréter les interactions proies-prédateurs au Pléistocène.

L’étude des processus d’anthropisation, conduite à plusieurs échelles (du dépôt sédimentaire au paysage) repose essentiellement sur les techniques palynologiques et géoarchéologiques. L’Holocène, et l’étude du pastoralisme, est un champ d’application privilégié non exclusif. Un accent particulier touche à la chronologie fine des évènements au travers des traitements bayesiens des déterminations radiocarbone et des analyses micro-chronologiques initiées ces dernières années (stromatolites pariétaux).

L’analyse géomorphologique permet une caractérisation des environnements et de leurs évolutions et de la dynamique paysagère. Elle intervient en amont des études archéologiques, dans leur cours et en aval. Les formations carbonatées continentales bio-sédimentaires sont identifiées comme un des objets de recherche à très haut potentiel.

Les échelles chronologiques dépendent des programmes développés dans nos thématiques. Depuis des analyses couvrant l’ensemble du Quaternaire (e.g. 3 derniers Ma) jusqu’aux études à haute résolution de l’ordre de l’année ou de la saison. Nos études documentent sites et fonction aussi bien aux échelles régionale que continentale. Des terrains dans le Sud de l’Europe ou en Afrique servent déjà de sources documentaires et de références importantes pour notre communauté.

Les objectifs de la composante EcoQuat sont résolument interdisciplinaires dans la continuité de nos approches géochimiques et cémento-chronologiques qui font l’objet de travaux universitaires. Ils s’appuient également sur les axes transversaux matière première et taphonomie.

Mise à jour 1er novembre 2016