Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique Lampea

Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique
Lampea, UMR 7269


Partenaires

CNRS


Rechercher

 
Directeur de l'unité
Jean-Pierre Bracco

Directeurs adjoints
Estelle Herrscher
Xavier Margarit


LAMPEA (UMR 7269) MMSH
BP 647
5 rue du Château de l'Horloge
13094 Aix-en-Provence
Cedex 2
33 (0) 442 52 42 94
barnier@mmsh.univ-aix.fr

Maion méditerranéenne des sciences de l'homme

Accueil > Lampea-Doc > Soutenances de thèse

Analyse de contour dentaire des ursidés pléistocènes et actuels : caractérisation et étude des causes de la variabilité morphologique des dents jugales / par Hélène Goubel

[Soutenance de thèse]

mardi 29 novembre 2011 à 14 heures 30
Université Lille 1 - Bâtiment des thèses

Résumé
Les ursidés (Mammalia, Carnivora, Ursidae) représentent une part importante du registre fossile au Pléistocène moyen et supérieur. Pour l’ours des cavernes (Ursus deningeri– Ursus spelaeus), de nombreux débats s’articulent autour de son régime alimentaire. Des caractères dentaires, tels que les dimensions et le relief occlusal, suggèrent une alimentation végétarienne exclusive, mais de récents travaux argumentent en faveur d’un spectre alimentaire plus omnivore. Les dents d’ours des cavernes et brun (Ursus arctos) montrent aussi une importante variabilité morphologique difficile à quantifier et à interpréter par la morphométrie traditionnelle. Une analyse des contours via la transformée de Fourier elliptique a été appliquée sur les dents jugales d’ursidés fossiles et actuels afin d’étudier la variabilité de forme, en complément d’une analyse traditionnelle. Un test préliminaire a d’abord été effectué sur une population d’U. spelaeus (grottes de Montaigle, Belgique). Puis, les séquences de Sous-Scladina et Scladina (Sclayn, Belgique) ont été analysées afin d’observer les variabilités de taille et de forme au cours du temps. Certains ursidés actuels, tels le panda géant Ailuropoda melanoleuca et l’ours blanc Ursus maritimus, sont spécialisés, tandis que d’autres sont plus généralistes (i. e. l’ours brun). Après avoir appliqué la méthode sur les ursidés actuels, une approche actualiste a été testée en intégrant des ursidés fossiles provenant de plusieurs localités. Certains caractères indiqueraient une alimentation plus végétarienne pour l’ours brun archaïque et plus variée pour l’ours des cavernes.

Jury
- Catherine Crônier
- Pascal Neige
- Marylène Patou-Mathis
- Patrick Auguste
- Alain Argant
- Alain Blieck
- Thomas Cucchi
- Stéphane Peigné